De 2 solutions, tu choisis la 3ème.
Mantra d’Anne

Quand il n ‘y a pas de solutions, c’est qu’il n’y a pas de problème.
Devise Shadock

Les arts de la rue sont le baromètre de la démocratie.
Anne Guiot

Le rire est la préparation la plus adéquate à l’inacceptable.
Audrey Louwet, Cie Azein

The best way to predict the future is to create it.
Abraham Lincoln

Penser en stratège, agir en primitif.
René Char

Où se posaient les hirondelles avant l’invention du téléphone ?
Grégoire Lacroix

Un élu, c’est un homme que le doigt de Dieu coince contre un mur.
Jean-Paul Sartre

La réponse est le malheur de la question.
Maurice Blanchot

Un jour, on aura besoin d’un visa pour passer du 31 décembre au 1er janvier.
Jacques Sternberg

Ne pas se rendre au théâtre, c’est comme faire sa toilette sans miroir.
A.Schopenhauer

Lorsqu’on se sert des mêmes armes que l’ennemi, on se prive de pouvoir le juger.
Jean Daniel

Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse.
Proverbe arabe

Être poète, c’est élever des vers à soi.
Ma Rue Par Achbé

Si tout va mal, c’est que tout va bien.
Benjamin Isidore Juveneton

Le futur est plein d’avenirs...
M. Durocher

Tout ce qui dégrade la culture, raccourcit les chemins qui mènent à la servitude.
Albert Camus

Il faut faire aujourd’hui ce que tout le monde fera demain.
Jean Cocteau

Ever try. Ever fail. No Matter. Try again. Fail better.
Samuel Beckett

Jean, solo pour un Monument aux Morts

Saison
2016 - 2017

Lieu
Région SUD Paca

Patrice de Bénédetti (13)
Danse en espace public

Le monument au mort, lieu ordinaire, ne devient haut lieu qu’une ou deux fois dans l’année. Ne pourrait-il être pas être autre chose qu’un lieu grave, chargé histoire ? N’accueillant que cérémonies et commémorations militaires ?

Ce n’est pas un cimetière dans la ville, imposant recueillement et silence. C’est un lieu de témoignage ; où la prise de parole devrait être possible, même par le corps.
Une simple tribune de pierre où une histoire pourrait être racontée.

Avec Jean, Patrice de Bénédetti rend hommage à son père, à Jean Jaurès, à tous les Jean partis au combat bercés par la hardiesse et la foi en le progrès. Il mêle à son écriture chorégraphique le butô (danse du corps obscur), cette danse d’état et de non émotions, née en lendemain de la Seconde guerre mondiale. Mouvement, texte, installation plastique sont les différents champs artistiques envisagés aujourd’hui pour cette création.

Ce solo aborde avec force, tendresse et aménité les notions du don, de l’espoir, du rapport à soi et au monde.